• À L'ORIGINE, UN SENTIMENT D'ABANDON.

    À L'ORIGINE, UN SENTIMENT D'ABANDON.

     

    COURRIER DE PORTNEUF
    MERCREDI 14 SEPTEMBRE 2016
    CHRONIQUE PSYCHOLOGUE
    Geneviève Lapointe, psychologue
    genevievelapointepsychologue@videotron.ca
     
    A L'ORIGINE, UN SENTIMENT D'ABANDON
     
    Pour vivre une véritable relation avec une autre personne, il faut être proche de soi afin de communiquer ce que l'on pense et ressent, mais aussi être proche de l'autre en s'intéressant à lui sincèrement. Celle ou celui qui se positionne seulement à l'une de ces extrémités n'entre pas en relation. Il se protège en ne s'ouvrant pas. Il du mal à se laisser atteindre par les autres et éventuellement à s'attacher à eux (et à soi-même!). Selon le psychanalyste Saverio Tomasella, il (elle) a probablement vécu l'n des types de carences suivantes : relationnelle, de symboles ou éthique.
     
    La carence relationnelle se caractérise par le manque d'affection, par le peu d'attentions particulières qu'un parent porte à son enfant dans le but de soutenir ses besoins physiques et sa soif d'apprendre. C'est aussi l'ignorance (volontaire ou non) des moments d'intensité affective des enfants (ils sont laissés seuls avec leurs émotions). Ce sont les colères sans raison, les punitions drastiques à répétition ou inversement l'indifférence marquée par un non encadrement de son enfant. À cet égard, j'observe que trop d'enfants happés littéralement par les jeux vidéo ont des parents qui sont leurrés par le désir de jeu de leur enfant mais qui oublient trop vite que leur enfant manifeste d'abord des besoins affectifs à combler et ce n'est qu'à travers la relation qu'il peut le faire. Il n'y a aucun jeu vidéo qui fait cela, pas un !
     
    La carence de symboles consiste en une impossibilité des parents de donner un sens à la vie qui paraît parfois absurde. Ce manque affecte l'enfant. Celui-ci est pris de confusion devant les événements qui lui paraissent fous et cela entrave sa disponibilité aux apprentissages, lui qui a besoin de repères et de sens.
     
    La carence éthique se présente lorsque les parents ne considèrent pas leur progéniture comme un être humain unique, valable en soi et respectable. Ils le vivent un peu comme « chose » qu'ils peuvent déplacer ou remplacer ou utiliser sans tenir compte du vécu de l'enfant.
     
    Inversement, lorsque les soins parentaux sont adéquats (sans devoir être parfaits, bien entendu), l'enfant se fait une « image-doudou » de ses parents et la place bien au centre de lui, pour qu'en leur absence, elle soit disponible et rassurante. Du coup, si tout se passe bien, il sent qu'il laisse chez eux une trace positive qui leur donne envie de revoir leur petit. La séparation devient alors un passage temporaire supportable affectivement et non un abîme engloutissant.
     
    Si vous avez connu de ces carences, vous serez alors la seule personne habilitée à décider de vous en sortir. Idéalement, il faut en parler à un professionnel, avoir confiance et tenir bon en sachant que vous pouvez y arriver !
    « DÉFI "ROI ET REINE"LA BLESSURE DE L'ABANDON: SES EFFETS SUR LA VIE AMOUREUSE. »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :